C’est quoi la cardiomyopathie ? symptômes, causes, traitements…

par | Août 1, 2021 | Cœur et santé

La cardiomyopathie est une maladie qui touche le muscle cœur. Cet article fera le point sur cette problématique et vous aidera à comprendre pourquoi on entend souvent la notion de “gros cœur ». De plus, nous verrons les signes et symptômes qui sont présents. Sans oublier, de nombreuses informations importantes concernant les facteurs de risque, le diagnostic et le traitement.

Qu’est-ce que la cardiomyopathie ? 

Lorsqu’on découpe le mot en deux, nous avons “cardio” qui fait référence au cœur. Et nous avons également “myopathie” qui est une maladie musculaire. Il s’agit donc d’une maladie du muscle cardiaque. 

Un patient qui présente cette maladie présente un “gros cœur » qui est soit plus épais, étiré et/ou affaibli. Cela entraîne des problèmes au niveau du fonctionnement dynamique du corps (pompe du sang à travers tout le corps) et également électrique (concernant les contractions et battements de ce muscle du cœur). 

Lorsque l’éjection du sang, l’oxygénation tissulaire (des différents muscles, organes, etc) n’est plus correctement assurée. Ceci est d’ailleurs à l’origine de nombreux signes et symptômes qui signent la présence de cette maladie. 

Quels sont les signes et symptômes de la cardiomyopathie ? 

Les symptômes divergent d’une personne à l’autre et peuvent évoluer en fonction du stade de la cardiomyopathie. Au début, il est fréquent d’être asymptomatique. Bien que la maladie commence à s’installer, les symptômes ne sont pas encore ressentis. Au plus le stade de la maladie avance, au plus ceux-ci seront présents. 

On retrouve :

  • une respiration courte (et difficile)
  • une fatigue importante (problème de coeur et fatigue sont très liés)
  • un gonflement au niveau des extrémités (le sang stagne “en bas” = oedème)
  • sensation de palpitations (coeur), étourdissement (état global)
  • des douleurs à la poitrine

Quels sont les principaux facteurs de risque et les principales causes ?

Les causes de la cardiomyopathie sont multiples. Certaines peuvent être liées à d’autres problématiques de santé, à l’hygiène de vie, le type d’alimentation (et les mauvaises habitudes alimentaires), un historique médical, etc. 

Par exemple, on citera : 

  • problème de santé (certaines maladies)
  • excès d’alcool
  • consommation de drogues
  • maladie infectieuse
  • une tension et fréquence cardiaque qui sont élevées (et ce de manière chronique)
  • histoire d’infarctus

D’où l’importance de la prévention car on peut agir sur la majorité de ces causes. De la sorte, on peut réduire et prévenir le risque de développer une cardiomyopathie.

cardiomyopathie

Comment diagnostiquer une cardiomyopathie ?

Le diagnostic est basé sur l’examen clinique. En pratique, il s’agit de faire le point sur votre santé, les symptômes que vous ressentez et également faire le point sur l’historique médical de vos proches (famille). 

Ensuite, si les éléments récoltés par le professionnel de santé tendent à penser que la cardiomyopathie peut être en cause, d’autres examens peuvent être réalisés afin de rendre le diagnostic plus précis.

Les examens complémentaires les plus courants sont : 

  • L’éléctrocardiogramme (ECG)
  • L’échocardiographe
  • La radio du thorax

Le médecin demandera également d’autres examens tels qu’un test sanguin, la pose d’un cathéter cardiaque et un test d’effort.

Quel est le but du traitement de la cardiomyopathie ?

Le traitement aura comme objectif de réduire et gérer les symptômes. De plus, le but est de maintenir la fonction de votre cœur (pompe cardiaque) et d’assurer sa bonne santé. 

Il existe différents types de cardiomyopathie

Il existe de nombreux types de cardiomyopathie. Certaines sont plus fréquentes que d’autres. C’est pourquoi, je vous propose de vous les présenter en quelques mots.

La cardiomyopathie hypertrophique, ou obstructive

L’hypertrophie signale un épaississement anormal. Celui-ci sera présent au niveau du cœur. Si le cœur s’épaissit, il aura plus de mal à assurer sa fonction de pompe. Il n’arrivera plus à expulser correctement le sang. En plus, le cœur prenant de plus en plus de place, il est possible qu’il crée des pressions voisines (ou au sein même des tuyaux qui acheminent le sang) qui finissent par bloquer le transport sanguin. 

La cardiomyopathie dilatée 

On parle de “dilatée” lorsque les ventricules du cœur se dilatent (elles sont plus étirées). Par conséquent, le muscle cardiaque aura plus de difficulter pour pomper le sang. Et lorsque la situation persiste, cela peut engendrer une problématique plus grave : l’insuffisance cardiaque.

⚠️ Je vous ai trouvé une excellente vidéo pour présenter le problème. Malheureusement, aucune n’arrivait à présenter de manière concise (2min30), le problème chez l’humain. Du coup, cette vidéo cible nos amis chiens. Ce n’est qu’un détail car le plus important est de se concentrer sur le mécanisme de cette maladie.

La cardiomyopathie restrictive

On parle de restrictive lorsque le muscle cardiaque est de plus en plus rigide. Cette rigidité entraîne une diminution de sa souplesse et de sa capacité à se contracter correctement. Il n’arrive ainsi plus à assurer une bonne fonction de pompe pour acheminer le sang dans tout le corps.

La cardiomyopathie arythmogène

Le type arythmogène fait référence à une problématique qui est régulièrement en lien avec le ventricule droit. Si on vulgarise au maximum, on peut parler de dyplasie ventriculaire droite adythmogène (DVDA). Et la DVDA est caractérisée par un remplaccement des cellules musculaires cardiaques par des tissus fibreux et graisseux. 

“Oui mais j’ai entendu parler d’autres types de cardiomyopathie sur internet…”

Il est vrai qu’on retrouve de tout sur internet. C’est pourquoi, dans ce chapitre, nous allons faire le point sur ce qui se dit concernant les “autres types de maladies”. Nous allons voir s’il est juste d’utiliser ces terminologies ou s’il s’agit d’une confusion ou d’un abus de langage.

La cardiomyopathie de takotsubo

Il s’agit bien d’une cardiomyopathie qui survient à la suite d’un stress émotionnel. Cependant, elle se nomme “Syndrome de tako-tsubo ou takotsubo”. On peut également utiliser “synsrome du cœur brisé” ou “ballonisation apicale”.  Elle porte un nom asiatique car elle a été décrite pour la première fois par des cardiologues japonais. 

La cardiomyopathie hypokinétique

Cette terminologie est presque juste. Elle fait référence à la cardiomyopathie dilatée qui peut être hypokinétique. On parle d’hypokinésie lorsque le ventricule peine à se contracter.

La cardiomyopathie post partum

Il semblerait que la cardomyopathie du post partum est loin d’être fréquente (rare) et connue. Elle peut être décrite comme une insuffisance cardiaque qui arrive durant le dernier mois de la grossesse ou durant les 5 mois qui suivent le postpartum. 

La cardiomyopathie peripartum

D’après les informations qu’on retrouve sur les bases de données médicales, la peripartum est très similaire (si pas identique) à la post partum. On note juste la temportalité qui les différencies (avant ou après la naissance) 👆

La cardiomyopathie rythmique

Elle se définit par la forme dilatée qui est associée à un trouble du rythme (arythmie). 

La cardiomyopathie ischémique

Elle n’existe pas. Il y a confusion avec la cardiopathie ischémique. Celle-ci fait référence au manque de sang qui arrive jusqu’au muscle cardiaque.

La cardiomyopathie aiguë

À ma connaissance, ce type “aiguë” n’existe pas. 

La cardiomyopathie génétique

Elle n’existe pas. Cependant, il est correct de dire qu’une forme hypertrophique est génétique. Dans ce cas, on fait référence à l’origine de la cause : transmission génétique (p.ex. par les parents) et non pas à un type de maladie. 

La cardiomyopathie alcoolique

Elle est la cause d’une cardiomyopathie dilatée. Elle fait suite à la consommation d’alcool (chronique et abusée) qui est associée à d’autres problématiques du cœur (hypertension artérielle, des histoires d’AVC, une insuffisance cardiaque, etc.)

Qu’en est-il de la cardiomyopathie et l’espérance de vie ?

On retrouve de tout sur internet, c’est pour cette raison que je vous recommande vivement d’en discuter directement avec votre cardiologue. Il est la meilleure personne pour vous parler de votre avenir car il connaît l’état de votre cœur. 

Une chose est certaine, si vous souhaitez ajouter de la vie aux années (et des années à la vie), il est important d’agir et de prévenir !

C’est pour cela qu’il est important : 

  • de bouger et avoir une activité physique régulière (avec une intensité progressive et adaptée)
  • d’avoir une hygiène de vie idéale pour notre corps (et notre esprit)
  • d’éliminer les sources de stress
  • d’avoir un bon sommeil
  • de suivre sa prescription médicale et les conseils de notre médecin
  • etc

SOURCE : https://www.chuv.ch/fr/cardiologie/car-home/patients-et-famille/maladies-traitees/affections-du-myocarde-et-du-pericarde/cardiomyopathies

0 commentaires