C’est quoi l’infarctus ?

Les problèmatiques cardiaques sont de plus en plus fréquentes au point d’en être la première cause de mortalité dans le monde. Et cela représente un problème majeur de santé publique. 


Parmi elles, on retrouve l’infractus (ou crise cardiaque). Une maladie qui est une urgence médicale et qu’on va avoir l’occasion de découvrir ensemble, à travers cet article.

Quelle est la def de l’infarctus du myocarde ?

Évènement qui se produit lorsqu’une partie du cœur (plus ou moins importante) est privée de sang (et donc d’oxygène). On l’appelle aussi crise cardiaque. 

Quel est le traitement et pourquoi agir vite ?

Il est important d’être réactif car la crise cardiaque peut engendrer des dégâts irréversibles. Comment est-ce possible ? Si le sang n’arrive plus à irriguer certaines régions du cœur, celles-ci ne pourront plus être approvisionnées en oxygène. Cela signifie qu’elles n’auront plus suffisamment de carburant pour assurer un travail musculaire normal (pour permettre la contraction du cœur). Et si cela persiste… ces régions vont “mourir”.

C’est la raison pour laquelle le but du traitement est de retrouver, le plus rapidement possible, une vascularisation cardiaque normale (c’est-à-dire de permettre au sang d’ approvisionner tout le cœur en oxygène).

Les symptômes de l’infarctus

Les symptômes divergent d’une personne à l’autre.

Il peut y avoir :

  • apparition soudaine d’une douleur ou d’un inconfort au niveau de la poitrine
  • une douleur qui s’étend vers le bras, le cou, la mâchoire… celle-ci peut aussi se ressentir jusque dans le dos ou l’estomac. Avec une douleur qui peut être décrite comme “une douleur en étau”
  • se sentir faible, étourdi, transpirant et avec le souffle court

Il est important de retenir que la crise cardiaque est une urgence médicale… il ne faut pas attendre pour appeler les secours ! (112 = Numéro d’appel d’urgence européen)

Des symptômes spécifiques (et silencieux ?) chez les femmes

Et oui, il arrive que les symptomes ne se manifestent un peu différement que chez un homme. Cela est d’ailleurs souvent relevé chez les femmes de moins de 65 ans. 

Il y a quelques symptômes atypiques comme une oppression au niveau du thorax, des difficultés pour respirer correctement (dyspnée), des envies de vomir et problèmes digestifs. De plus, il ne faut pas sous-estimer la douleur (ce qui est trop souvent le cas).

Pas de symptome pour l’infarctus silencieux ?

On dira que l’infarctus est silencieux si aucun des symptômes classiques ne sont présents. Du coup, pour le détecter (ce qui est souvent fait à distance du moment où il s’est produit), on détectera une onde différente (one Q) à l’ECG.

L’ECG aide à le détecter

Et oui, comme on l’a vu précédemment, l’électrocardiogramme permet de détecter si vous avez eu un infarctus. Pour faire simple, cet examen étudie le bon fonctionement de votre cœur en observant son activité (électrique). Ainsi, le cardiologue peut mesurer si les impulsions sont normales. 

infarctus

Si tout est bon, cela signifie que votre muscle cardiaque se contracte correctement. Dans le cas contraire, avec une anomalie à l’ECG, cela peut être le signe d’un infarctus. Bien entendu, il faut un œil expert pour pouvoir le détecter. Enfin voilà, vous avez compris le principe 😉

Quelles sont les causes d’un infarctus ?

Elles sont multiples et la raison principale est généralement un manque de prévention depuis notre plus jeune âge. La conséquence est que nos artères coronaires commencent à être malades. En effet, celles-ci accumulent des plaques de gras (athérosclérose) qui peuvent venir boucher complètement la circulation.

Est-ce la cause d’un infarctus massif et foudroyant ?

Au plus l’artère coronaire sera bouchée, au plus les conséquences seront importantes.

Je vous laisse découvrir cela en vidéo (30 secondes) 

Comment agir ? On parle souvent d’angioplastie et stent 

Cette nouvelle technique de chirurgie cardiaque et vasculaire a été mise au dans les années 90. Autant dire qu’elle fait office de grand progrès pour la médecine !

En effet, comme vous le découvrirez dans la vidéo suivante (1 min), le stent permet de déboucher une artère. Du moins, il évite que celle-ci reste bouchée. 

Au niveau du cœur, le principe est le même vu qu’on cible l’artère coronaire. Aussitôt qu’il y a une obstruction, le cardiologue propose de poser un stent au niveau de l’artère coronaire afin de permettre une meilleure vascularisation cardiaque. L’opération réalisée est une angioplastie.

Bien entendu, dans une optique de compréhension globale, je résume volontairement la situation car il y a d’autres conditions qui entreront en compte. Des éléments supplémentaires qui aideront le cardiologue a décider si oui ou non, l’opération est une bonne option.

Découvrez l’angioplastie coronaire 👇

Quelles sont les séquelles post infractus du myocarde ?

Il faut savoir que les séquelles ne sont pas toujours les mêmes. En effet, cela va dépendre de l’ampleur de l’obstruction et de la durée de celle-ci. Au plus celle-ci est importante (en quantité et en temporalité), au plus le muscle cardiaque sera touché. 

On peut ainsi comprendre que si le cœur est touché, la conséquence est que sa fonction de pompe ne sera plus aussi efficace qu’avant. On parlera de la fréquence d’éjection qui représente la capacité à envoyer le cœur dans tout le corps. Un article sera réalisé sur le sujet afin de comprendre les problématiques qui y sont liées et ce que cela représente au quotidien. 

Que faire post infarctus ?

Après une crise cardiaque, la réadaptation cardiaque est primordiale et permet de se remettre sur pied de manière optimale (ainsi que de gérer sa vie pour prévenir toute récidive). Ensuite, et sur le long terme, il sera très important de mettre en pratique les différents éléments de prévention cardiaque. 

Car oui, on veut se remettre sur pied mais on veut également réduire le risque d’en développer un nouveau ! 

Les autres questions qui reviennent souvent…

Existe-t-il entre l’âge et le risque de développer un infarctus ou une crise cardiaque ?

Il est très rare de faire un infarctus lorsqu’on est jeune (mais cela n’est pas impossible). En général, le risque augmente avec l’âge et survient vers 60 ans (pour les hommes) et 75 ans (pour les femmes). 

Pourquoi plus tardivement ? car c’est avec le temps, qu’on accumule les plaques d’athérosclérose qui sont, par exemple, la conséquence d’une hygiène de vie défavorable pour le cœur. On citera : la fumée de cigarette, le manque d’activité physique, etc. 

Les douleurs de l’infarctus se trouvent dans le bras gauche ou droit ?

On parle de douleur irradiante (ou “projetée”) du côté du cœur. Celui-ci se trouvant à gauche, les signes habituels seront ainsi ressentis dans le bras gauche. 

Quelle est la différence entre infarctus et avc ?

L’accident vasculaire cérébral, ou AVC, est une problématique qui se trouve au niveau du cerveau. ici, on fait référence au muscle cardiaque. La localisation est donc différente. Cependant, il est également vrai qu’on peut parler d’infarctus cérébral (qui touche le cerveau). Celui-ci est à différencier de l’infarctus du myocarde (qui touche le cœur).

Est-il fréquent d’avoir une fatigue après un infarctus ?

Oui. Il est courant d’avoir une grande fatigue et de l’anxiété. D’autant plus lors de la sortie de l’hôpital et elles tendent à diminuer dans le temps. Pour en savoir plus, je vous propose de regarder cet article : https://www.bougernow.com/fatigue-apres-un-infarctus/ 

Quels sont les différents types d’infarctus ?

Vous l’aurez constaté dans le paragraphe précédent, ce problème d’obstruction des artères peut se retrouver dans d’autres régions du corps. C’est pourquoi, nous allons relever les principales régions qui peuvent également être touchées par cette problématique de plaques d’athéroscléore qui viennent obtruer le passage au sang.

infarctus splénique ou de la rate

celui-ci se produit souvent lorsqu’il y a une augmentation de volume (anormale) au niveau de cet organe

infarctus de l’oeil 

lorsqu’il y a une obstruction de l’artère au niveau de l’oeil (a. centrale de la rétine)

infarctus de l’intestin ou mésentérique 

qui est comme son nom l’indique, touche les artères qui se trouvent dans cette région

infarctus des jambes ou l’artérite ou artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI)

Lorsque cela touche les artères des jambes

infarctus rénal

Cette pathologie est plutôt rare. Elle provoque des douleurs lombaires. En lien avec les reins.

infarctus osseux 

On parlera d’ostéonécrose, c’est-à-dire la destruction d’une partie de l’os en conséquence avec le manque d’apport sanguin.

On retrouve également…

Infarctus de l’estomac

Infarctus abdominal

Infarctus pulmonaire 

et….

L’infractuse ou infractus cardiaque

On terminera avec une petite touche d’humour car vous l’aurez compris, ici, il s’agit uniquement d’un “R” qui n’est pas à la bonne place. Et d’un “E” qui n’a rien à faire ici. 😁


Sources : 

https://www.vidal.fr/actualites/19704-infarctus-du-myocarde-silencieux-vaste-estimation-de-leur-incidence-et-de-leur-pronostic.html
https://www.chuv.ch/fr/chuv-home/patients-et-familles/specialites-medicales/atlas-medical-thematique/cœur-et-vaisseaux/infarctus-du-myocarde
https://www.hug.ch/elips/infarctus-urgence

Comment éviter la dépression après un infarctus ou problème de cœur ?

Chaque année, de nombreuses personnes subissent des problèmes cardiovasculaires. Même si la médecin a fait de nombreux progrès (rapidité de prise en charge, taux de réussite des opérations,…), un grand nombre de symptômes persistent ( fatigue sévère, manque de motivation, perte d’énergie vitale,etc). 

Par exemple, il n’est pas rare de présenter une dépression après un infarctus. Un problème qu’il ne faut pas négliger. En effet, en plus d’être négatif pour l’état psychologique du patient, la dépression représente un facteur de risque pour d’autres maladies cardiovasculaires. 

On comprendra ainsi qu’il est important de mettre en place différentes solutions pour améliorer son état d’esprit et avoir un moral au beau fixe. 

Les conséquences de la dépression après un infarctus 

Comme nous venons de le voir, la présence d’une dépression augmente le risque de développer un nouveau problème cardiaque. La dépression a également un effet négatif sur l’ensemble du corps et du cerveau. 

Le lien entre dépression et infarctus du myocarde

Les maladies cardiovasculaires sont une source importante d’anxiété. De plus, l’infarctus est un événement très stressant. Le fait de parfois passer proche de la mort a inévitablement des conséquences sur notre état d’humeur et nos peurs. 

De là, on peut tout à fait comprendre pourquoi la dépression est si fréquente. Cela explique également pourquoi tant de patients post infarctus se voient prescrire des antidépresseurs, en plus de leurs médicaments cardiaques.

❓ Note de l’auteur : En creusant sur le sujet, lors de la rédaction de cet article, j’ai également découvert le terme “psychocardiologie”. Une notion qui est apparue en 2007 et dont le but est de proposer des soins psychologiques spécifiques aux patients cardiologiques. 

Soigner une dépression après un infarctus ou un autre problème de cœur

Vous l’aurez compris, il ne faut pas attendre d’avoir un état psychologique fragile (suite à un événement X ou Z) pour agir. Le meilleur moment pour passer à l’action est maintenant !

Parmi les solutions non médicamenteuses que nous pouvons citer, on retrouve…

dépression après un infarctus (méditation))

L’introspection de son état global et de ses émotions : Est-ce qu’on est plutôt optimiste ou pessimiste ?

Notre mental joue un grand rôle sur notre santé. Il est ainsi important de prendre conscience de notre état actuel. Est-ce que notre caractère à changé dernièrement ? Si oui, est-ce qu’on a tendance à être un peu plus négatif qu’avant ?

Il s’agit de questions très simples qui permettent de réaliser que la situation n’est pas idéale. Et cette prise de conscience est un grand pas en avant car elle vous fait réaliser qu’il est temps de changer !

Définir des objectifs et donner un sens à votre vie

Dans la vie, il est important d’avoir des objectifs. Bien entendu, on parle d’objectifs qui sont autant réalistes que réalisables. 

Pourquoi ? Car il n’y a rien de plus plaisant que de réaliser qu’on avance dans la bonne direction et qu’on accomplit des choses ! Chacune des étapes que vous atteindrez vous permettra de libérer une petite dose d’hormones de plaisir… qui participent à votre bien être et votre satisfaction.

Réaliser des activités qui sont plaisantes et agréables

Il n’y a rien de tel pour conditionner positivement son mental. Ces activités vont vous redonner le moral et vous aideront à gérer votre stress. En plus de ne pas voir le temps passé, ces évènements vous procureront un maximum de plaisir. Et celui-ci est essentiel pour lutter contre la dépression !

S’entourer des bonnes personnes qui ont le sourire

On dit souvent qu’on devient comme les personnes qu’on côtoie le plus. Dans ce sens, armez vous d’un réseau social avec des personnes bienveillantes, positives et motivantes ! Cela ne peut être que positif sur votre moral et la prévention de votre santé.

dépression après un infarctus (activité physique)

Manger et Bouger pour votre bonne santé mentale

Sans grande surprise, l’activité physique et l’alimentation jouent un rôle important sur notre état d’esprit et sur notre bien être psychologique. Ne négligez pas ce que vous mangez. Et n’oubliez jamais de bien bouger. En plus de cela, vous profiterez de tous les avantages supplémentaires pour votre corps et votre cœur.

Avoir un bon rythme du sommeil et tout faire pour ne plus être fatigué

La fatigue est un fléau. Il est donc essentiel d’avoir un bon sommeil afin de donner toutes les chances à votre corps de bien récupérer. D’ailleurs, la preuve est qu’il n’est pas rare de constater qu’une personne qui est de mauvaise humeur (ronchon(ne)), est une personne fatiguée.

Et voilà, c’est à vous de jouer. Si vous débutez déjà avec ces quelques éléments, vous mettez toutes les chances de votre côté pour réduire au maximum le risque de développer une dépression après un infarctus du myocarde (ou tout autre problèmes cardiovasculaire). De plus, ce sont également des excellents moyens pour lutter contre cette dépression. Il n’y a donc aucune raison de ne pas se lancer. 😉

Quoi manger pour être en bonne santé ? (cœur, corps et esprit !)

  1. Home
  2. /
  3. Quoi manger pour être...

Pourquoi bien manger pour être en bonne santé ?

Ce n’est pas une grande surprise si je vous dis qu’une bonne alimentation est un élément clé pour rester en forme et prévenir les maladies cardiovasculaires. En effet, les aliments qu’on mange influencent grandement notre métabolisme et l’état de notre corps. 

Par exemple, on sait qu’une alimentation grasse est défavorable pour notre cœur car elle a tendance à favoriser le blocage de nos tuyaux sanguins (artères bouchées par des plaques d’athéromes). 

Ceci n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. La nourriture peut également avoir un impact sur notre bien-être psychologique (en plus du bien-être physique). C’est la raison pour laquelle il est important de ne pas la négliger. 

On pourra également citer l’importance d’avoir une bonne alimentation pour favoriser une bonne récupération après un problème cardiaque. Le corps ayant un stress important, il a besoin d’énergie pour retrouver des forces. Et pour y arriver, il a besoin qu’on lui apporte des aliments de bonne qualité (un peu comme une voiture qui a besoin de son carburant pour avancer).

Résumons d’une manière simple et rapide, tout ce qu’il faut retenir sur l’alimentation et l’impact sur votre santé (on insiste particulièrement sur la santé du cœur !).

Alimentation de qualité et bonne santé : une solution bénéfique pour votre cœur 

Tout le monde sait que la nourriture est indispensable si on souhaite survivre. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les grèves de la fin sont prises si au sérieux… car sans carburant (= nutriments), le corps ne peut plus fonctionner correctement. 

L’alimentation nous amène les macronutriments (protéines, carbohydrates,…) nécessaires pour produire (et stocker) de l’énergie. 🔋 En gros, il s’agit de notre carburant pour pouvoir “rouler” durant toute la journée. Et plus les aliments sont frais, sains et variés, plus le corps sera résistant. 

Prenons l’exemple de la voiture… si on opte toujours pour de l’essence de mauvaise qualité… que risque t il d’arriver à votre moteur ? Il va probablement s’user plus rapidement… Et bien c’est la même chose avec l’effet de la mauvaise nourriture sur notre corps ET sur notre cœur. En sachant que le cœur est notre moteur !

manger pour être en bonne santé

Quoi manger pour être en bonne santé ? Alimentation saine, adaptée et variée. 

SAINE car…

  • On évite ce qui est transformés (industriels)
  • On favorise ce qui est riche en nutriments

ADAPTEE car…

  • On doit manger ce qu’on aime (plaisir gustatif !)
  • On doit manger ce dont notre corps à besoin (quantité)

VARIEE car…

  • On ne doit pas se lasser (plaisir gustatif !)
  • On profite des différents nutriments 

Il est important de signaler que même avec peu d’expérience/savoirs en cuisine, on arrive toujours à s’en tirer. Le but n’est pas de préparer des menus gastronomiques (pour nos yeux) mais plutôt des repas simples et efficaces pour rester en bonne santé 🏆.

Bien manger pour prévenir des maladies cardiovasculaires (rôle de prévention !)

Vous ne souhaitez pas avoir de récidive ? Vous voulez réellement conserver un bon état de santé ? Sachez que votre alimentation joue un rôle important de prévention. 

Comme on l’a vu précédemment, ce que vous mangez apporte de l’énergie. Il est donc simple de comprendre qu’au plus la nourriture est de qualité, au plus le carburant apporté le sera également. 

Pourquoi est-ce si important d’avoir une bonne alimentation ?

Les raisons sont multiples. Tout d’abord, cela peut agir sur votre poids (éviter une obésité morbide), sur vos tuyaux sanguins (réduire le risque d’avoir une artère bouchée et faire un infarctus ou un avc), sur vos muscles (leur apporter les nutriments dont ils ont besoin pour bien fonctionner), sur votre état de forme (afin d’avoir toujours suffisamment d’énergie pour fonctionner), etc.

Bien être psychologique en mangeant ce qu’on aime

Une bonne alimentation n’est pas juste un argument pour votre bien-être physique. Il est également très important pour votre bien-être psychologique. 

Comment est-ce possible d’agir sur notre mental et notre humeur en mangeant ?

La réponse réside dans ce que vous décidez de manger. En effet, on sait qu’il est important de manger ce qu’on aime et ce qui nous fait plaisir. Cela signifie qu’il est important de lister les aliments qu’on prend plaisir à manger afin de pouvoir les privilégier lorsqu’on se sent un peu moins bien. Il n’y a rien de tel que de se faire plaisir lorsqu’on a un petit coup de mou.

On est d’accord, si actuellement, vous n’aimez que le menu de votre fast food préféré, un travail sur le changement de vos habitudes est nécessaire. Mais vous constaterez rapidement que vos habitudes (et vos préférences) changent également dans le temps. 

manger pour être en bonne santé

Bien manger pour bien récupérer. 

Votre corps a besoin de carburant pour fonctionner mais il a également besoin d’une bonne alimentation pour bien récupérer. 

C’est quoi la récupération ? Il s’agit de tous les mécanismes physiologiques que votre corps met en place pour se remettre d’une activité. Une activité peut être physique (p.ex. marcher 5km, monter des escaliers, faire le ménage,..) ou cognitive (p.ex. faire des sudokus, apprendre une langue,…).

P.ex. Après une marche à pied : on parle de récupération musculaire pour éviter les courbatures. Après un cours de langue : on parle de récupération mentale pour la mémorisation.

Ainsi, vous comprendrez l’importance de manger de bonnes choses pour rester en bonne santé et également pour pouvoir bien récupérer.

Est-ce bon de faire un régime après un infarctus (ou tout autres problèmes de cœur) ?

Vous constaterez que dans cet articles, on parle d’alimentation qui est idéale pour le corps (et le cœur) mais on ne fait pas référence aux régimes alimentaires

Pourquoi est-ce intentionnel ?

Car ici, on cherche à créer et adopter de bonnes habitudes. Des habitudes alimentaires qui sont bénéfiques pour vous, sur le long terme… et pas des mesures drastiques (= régime alimentaire) qui semblent fonctionner durant quelques mois mais qui sont si intenses qu’on a vite fait de les abandonner.

Et oui, cette notion de long terme est super importante car c’est la seule solution que nous avons pour obtenir des effets durables pour notre santé. 

Cela signifie qu’il est important d’adopter de bonnes habitudes alimentaires. Voici 5 astuces pratiques pour bien débuter 👇

💡 Comment manger pour être en bonne santé ? 5 astuces pratiques 

  • Planifier ce que vous allez acheter (cela signifie également d’organiser les repas qui seront cuisinés)

Si vous prévoyez des repas pour la semaine, essayez de ne pas répéter 2 recettes avec le même ingrédient… cela vous stimulera à innover et tester de nouvelles idées.

  • Acheter (uniquement) ce que vous avez sur votre liste (on se focalise sur ce dont on a besoin…)

Les grandes surfaces sont très bien pensées (pour donner envie aux clients que vous êtes…)… il sera ainsi super efficace de se concentrer sur ce que vous aviez noté et ne pas succomber aux tentations (on évite tous les risques de grignottage…)

  • Privilégier les produits frais et de qualité

On se retrouve dans les aliments riches en nutriments et on évite tout ce qui est industriel (“process food” en anglais)

  • Fixez-vous des moments pour cuisiner 

Faire la cuisine n’est pas toujours perçue comme un grand moment de plaisir… En sachant cela, planifiez vos moments en cuisine (même s’ils sont très courts). De la sorte, vous serez impliqué et ce qui doit être fait, sera bien réalisé ! Bravo !

  • Prenez le temps de manger

2 astuces importantes : à table, il ne faut jamais se dépêcher et il est important d’éviter de faire 2 choses en même temps.

Et voilà, par le simple fait d’appliquer ces 5 grands points, vous vous assurez de bien débuter et de privilégier un mode de vie sain et adapté pour votre cœur. Bravo !

C’est quoi l’AVC (accident vasculaire cérébral) ? symptômes, causes,…

L’AVC ou accident vasculaire cérébral se produit lorsqu’un caillot sanguin touche le cerveau. Les conséquences dépendent de sa gravité. Pour réduire au maximum le risque de séquelles, il est important d’agir vite. l’accident vasculaire cérébral est une urgence médicale !

Qu’est-ce que l’AVC (accident vasculaire cérébral) ? 

Tout d’abord, il s’agit d’un accident. Cela signifie que c’est un événèment non prévu qui survient à un moment donné. Cet accident se passe au niveau du système vasculaire (circulation sanguine). En effet, cet accident est caractérisé par l’obstruction d’un conduit qui transporte le sang. La source de cette obstruction est la présence d’un caillot sanguin qui bouche la lumière artiérielle. Elle est également caractérisée par sa localisation. Cet accident vasculaire se passe au niveau cérébral (dans les conduits sanguins qui vascularisent notre cerveau).

En résumé, on parle d’accident vasculaire cérébral lorsqu’un caillot sanguin vient bloquer un conduit du cerveau et empêche le passage du sang.

Selon la gravité, cela peut engendrer des dégàts irrévérsible et peut également mener jusqu’au décès (d’où l’importance d’agir rapidement). C’est pour cette raison que c’est une urgence médicale ! Cela signifie qu’au moindre doute, on appelle directement le 112.

Les différents types :

Qu’est-ce qu’un AVC ischémique ou infarctus cérébral ?

Cette forme représente 85% des accidents vasculaires cérébraux. Il est caractérisé par ce caillot de sang qui vient bloquer une artère au niveau cérébral (on parle d’embolie cérébrale). On parle également de thrombose cérébrale lorsque le caillot sanguin se forme dans l’artère cérébrale (avec une plaque de graisse qu’on appelle athérosclérose).

Qu’est-ce qu’un AVC hémorragique ?

Jusqu’à maintenant, nous avons uniquement parlé des artères qui sont bouchées par un caillot. Hors, dans 15% des cas, il arrive que l’accident vasculaire cérébral soit causé par une hémorragie cérébrale. Il s’agit du cas le plus sévère. En plus de priver le cerveau d’oxygène, le sang qui s’écoule autour du cerveau peut venir créer des pressions sur les différents tissus cérébraux.

Qu’est-ce qu’un AIT ou accident ischémique transitoire ?

On parle d’accident ischémique transitoire lorsque l’obstruction de l’artère est transitoire. Cela signifie que le patient présente des signes d’accident vasculaire cérébral mais ceux-ci disparaîtront après quelques minutes. D’ailleurs, il arrive très souvent qu’il passe inaperçu ou soit confondu avec un malaise. En général, l’AIT n’engendre pas de séquelles neurologiques et de séquelles cognitives. 

Quels sont les signes et symptômes de l’AVC ? 

Les sysmptômes varient d’une personne à l’autre, en fonction de la région du cerveau qui est touchée. Certaines personnes présenteront plutôt des symptômes qui sont visiblent lors des mouvements. Pour d’autres, il peut s’agir d’une modification de la vision, du la parole,…

Il y a tout de même 3 signes qui sont révélateurs et qu’il ne faut surtout pas louper. Il est important que tout le monde les connaissent afin de pouvoir contacter directement les urgences. 

Les 3 signes principaux

1. Faiblesse musculaire au niveau de la tête.

Est-ce que la bouche et les yeux tombent ? Difficile pour sourire ?

La réponse sera oui !

2. Faiblesse dans les bras.

Est-ce qu’on arrive encore à lever les 2 bras correctement ? 

Est-ce qu’il y a une perte de sensibilité des bras ou du visage ?

Les mouvements seront désynchronisés.

3. Difficulté à parler.

Est-ce qu’on arrive à parler et à se faire comprendre ?

Est-ce qu’on comprend ce qu’on nous dit ?

La parole (position de la bouche, capacité à articuler, …) est modifiée.

Si vous détéctez un de ces signes il est grand temps d’appeler les urgences ! (112)

❓Dans certains certains pays, lorsque vous appelez le numéro d’urgence national (p.ex. le 15 en France), il arrive d’être rapidement mis en contact téléphonique avec le pôle d’urgence neurologique.

Caractéristiques des symptômes

La survenue des signes et des symptômes est inatendue, rapide et soudaine. Ce n’est pas pour rien qu’on appelle également l’attaque cérébrale. D’où il est extrêment important de pouvoir les répérer car ils peuvent arriver à tout moment. 

Combien de temps durent les symptômes de l’accident vasculaire cérébral ?

La durée varie d’une personne à l’autre. Parfois, ils sont très intenses au départ et les signes tendent à diminuer (voir disparaître) après quelques minutes. Pour d’autres, les symptômes vont évoluer dans le temps jusqu’au moment où il sera traité.

⚠️ La situation est toujours aussi importante malgré le fait que les signes diminuent. Il pourrait très bien s’agir d’un AIT (accident ischémique transitoire) qui est un bloccage temporaire (< 1 heure) d’un conduit sanguin du cerveau. C’est également une urgence médicale.

Quels sont les principaux facteurs de risque et les principales causes ?

Les causes sont diverses. Souvent, elles sont liées à notre hygiène de vie et nos habitudes en termes de mobilité, alimentation, stress, etc. Ainsi, on peut voir l’importance de prendre soin de soi et de son corps pour la santé de notre cerveau. 

Les principales causes d’accident vasculaire cérébral sont : 

  • Inactivité importante. Prenons l’exemple d’une personne qui est sédentaire et ne bouge pas beaucoup. Durant la journée, elle bosse sur une chaise. Le soir, elle passe la soirée devant la TV. Et les déplacements se font en voiture. (sédentarité importante)
  • Hygiène de vie (alimentation, cigarette, alcool, etc). Une alimentation défavorable, un tabagisme actif (et important) et une consommation d’alcool sont des facteurs qui augmentent le risque de le développer
  • Hypertension artérielle. Si celle-ci est de chronique, elle augmente le risque de développer une hémorragie cérébrale.
  • Niveau de choléstérol
  • Lien entre diabète et niveau de sucre dans le sang
  • Une autre problématique cardiaque. On peut citer la  fibrillation auriculaire car le sang stagne dans le cœur. Ce qui peut entraîner la formation d’un caillot sanguin. Le risque arrive si le caillot est expulsé dans la circulation et se dirige jusqu’au cerveau. On peut également parler d’un cœur qui est fatigué après un infarctus car sa fonction de pompe ne sera plus aussi efficace. Ceci peut entraîner des modifications au niveau de la circulation et engendrer une embolie cérébrale.
  • Etc

D’où l’importance d’avoir un style de vie actif et favorable pour la santé de votre corps et de votre cœur.

AVC

Comment diagnostiquer un AVC ?

Le premier diagnostic se base sur l’examen clinique des signes et des symptômes que nous avons vu précédemment. En pratique, il s’agit de faire le point : faiblesse musculaire de la tête, faiblesse dans les bras, modification de la parole et du visage. Ensuite, si les éléments récoltés sont positifs, il faudra directement appeler les urgences. 

Une fois que les urgentistes sont sur place. Ils effectuent un examen clinique plus poussé afin de faire le point sur la situation. Le tout est très protocolisé car le but est d’être très rapide et super efficace.

Aussitôt que le patient arrive à l’hôpital, il effectue un scanner (qui permet de préciser le diagnostic) et/ou un IRM du cerveau afin de localiser la région touchée.

Il arrive également que d’autres examens complémentaires soient réalisés.

Quel est le but du traitement ?

Le but du traitement est de “détruire” (dissoudre) le caillot sanguin afin de retrouver une vascularisation normale, du cerveau. Il y a également un but de rapidité car au plus vite le patient est traité, au plus le risque de séquelles neurologiques graves est diminué. 

Quelle est la durée de vie après un AVC ?

La question de l’espérance de vie après un accident vasculaire cérébral est très personnelle. Cela va dépendre des séquelles, de la durée de l’accident, etc. C’est pour cette raison que la meilleure personne pour en discuter est votre cardiologue. Il connaît votre situation médicale et dispose des connaissances médicales qu’on ne retrouvera pas sur internet (méfiez-vous des ont dit sur internet… cela vous fera le plus grand bien psychologique et physique)

Cependant, un élément est tout de même très important : Dans le cas où vous souhaitez vivre le plus longtemps dans les meilleures conditions. Certaines règles sont à appliquer : 

  • pratiquez une activité physique régulière (avec une intensité progressive et adaptée)
  • adoptez une hygiène de vie favorable pour votre corps (et notre esprit)
  • supprimez au maximum les sources de stress
  • tâchez d’avoir un sommeil de qualité
  • respectez votre prescription médicale et les conseils de vos médecins
  • etc

Définition en vidéo

En guise de résumé, je vous propose une vidéo (5min) du CHU de Rouen qui vous présente l’accident vasculaire cérébral.

SOURCE : https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-cardiovasculaires/accident-vasculaire-cerebral-avc/article/les-signes-de-l-avc

Grosse fatigue après un infactus : comment s’en remettre ?

Est-ce fréquent d’avoir une grande fatigue après un infarctus ? La réponse est oui. 

Est-il possible de s’en remettre rapidement ? La réponse est également oui !

La majorité des patients qui sortent de l’hôpital, après l’intervention et le séjour de réadaptation se disent fatigués. Celle-ci peut-être physique et également psychologique. En effet, avoir un infarctus est un événement stressant pour notre corps et également pour notre esprit (on en parle dans cet article)

C’est pourquoi il est important de savoir comment récupérer et pouvoir se remettre sur pied au plus vite. C’est ce que vous découvrirez dans cet article.

Les signes courants de fatigue et anxiété après un infarctus

Il est rare de quitter l’hôpital sans se sentir stressé et fatigué. Cela est tout à fait normal vu tout ce qu’il vient de se passer… d’autant plus l’inquiétude pour son avenir et sa santé. 

Pourquoi de l’anxiété ?

Car avoir un infarctus est très désagréable et fait très peur. Les douleurs peuvent être importantes et la crainte de mourir est bien présente. Il est donc tout à fait normal d’être anxieux à l’idée que cela puisse se reproduire. Je vous rassure… on est ici pour faire en sorte que cela ne se reproduise pas. Et vous verrez… vous avez de nombreuses clés pour y arriver !

Pourquoi de la fatigue ?

Car c’est un choc pour votre corps et pour votre esprit. Il lui faudra du temps pour réaliser et s’adapter à cet évènement totalement indésirable qui a boulervé le roulement habituel de votre organisme.

Heureusement, ces signes diminuent rapidement dans le temps. Car vous allez vite réaliser que vous retrouver la forme et que vous avancer. Jour après jour, vos progrès ne cesseront et vous serez rapidement fier de votre évolution. 

que faire après infarctus

Que faire pour récupérer ?

Imaginez que vous venez de sortir de l’hôpital. Ce moment où vous n’êtes plus supervisé… livrez à vous même. Quelles sont les choses à mettre en place pour se remettre en forme ?

  1. Reprendre vos anciennes habitudes : Au plus tôt vous reprennez un rythme de vie proche de celui que vous aviez, au plus vite vous retrouverez votre calme intérieur car vous serez dans votre zone de confort. Par exemple, si vous avez l’habitude de vous rendre chez le boulanger tous les matins, tâchez de poursuivre. D’ailleurs, comme on dit “il n’y a rien de plus agréable que de se sentir chez soi”.
  2. Adapter nos mauvaises habitudes : Et oui, tout n’est pas à reproduire. En effet, le style de vie joue un rôle important dans le risque de développer un infarctus. Il sera, ainsi, important de faire le point sur toutes les routines qui ne sont pas idéales pour notre santé (rester assis trop longtemps sans rien faire, fumer ou boire un peu trop, manger trop d’aliments sucrés, etc) et tentez de les modifier (et idéalement vous en séparez !)
  3. Ne pas ignorer ses émotions : Après un problème cardiaque il est tout à fait normal d’avoir peur, de se sentir déprimé et stressé… car il ne s’agit pas d’un événement anodin. Il faut donc prendre le temps de digérer tout ce qui s’est passé et prendre conscience que vous allez, petit à petit, vous sentir de mieux en mieux.
  4. Bouger : Et oui, le mouvement est important. N’hésitez pas à poursuivre un programme de réadaptation cardiaque (en fonction des possibilités dans votre région). Dans tous les cas, le moment est essentiel ! Votre corps a besoin de rester en action et votre cœur a besoin d’être stimulé doucement et progressivement.

Vous l’aurez compris, les recommandations sont simples et globales. Le tout est de se lancer et de ne rien lâcher ! 😊

Pourquoi est-ce qu’on est fatigué après un infarctus ?

Il n’y a pas de réponse unique à cette question. Cela va dépendre de plusieurs éléments. Parmis eux, on retrouve : 

  • l’importance et les conséquences sur notre cœur
  • le temps au lit durant l’hospitalisation
  • l’impact émotionnel de cet évènement
  • être entouré
  • la personnalité et la positivité
  • Etc

Les séquelles selon le niveau de l’infarctus

Au plus celui-ci est important, au plus le cœur sera touché. Cela signifie qu’il aura besoin de plus de temps pour s’en remettre… Sa pompe ne sera peut être plus aussi efficace donc la quantité de sang transmise aux muscles et aux organes sera peut être un peu diminuée. 

On peut ainsi comprendre que notre corps sera un peu plus fatigué, le temps de s’adapter à cette nouvelle situation. La durée est variable d’un individu à l’autre.

La durée d’hospitalisation et d’immobilisation

Nos muscles fondent très rapidement. Il ne faut pas plus de 48 heures au lit (sans bouger) pour que notre masse musculaire diminue. On comprendra donc que durant cette période de faible mobilité, notre capacité physique aura drastiquement diminué. D’où, on peut comprendre que notre corps sera plus rapidement fatigué (p.ex. on n’arrivera plus à marcher aussi longtemps qu’avant, on sera vite éssoufler lorsqu’on monte quelques escaliers, etc)

Cela est tout à fait normal. Il est donc indispensable (pour tous) de se remettre doucement et gentiment en mouvement et faire en sorte de récupérer sa force, son endurance et sa mobilité globale. 

L’impact émotionnel et psychologique

Avoir un infarctus n’est pas quelque chose qui arrive tous les jours (et heureusement !), il est donc tout à fait normal que cela soit un choc. Il faudra du temps pour s’en remettre. Pour certaines personnes, il sera bon d’en parler et de se faire accompagner. Pour d’autres, cela se fera naturellement. En tout cas, n’hésitez pas à tester la méditation, cohérence cardiaques, travail de la respiration, etc. Toutes ses techniques qui vous aideront à reprendre le contrôle de votre corps et votre mental (ainsi que de prendre conscience de vos évolutions et progrès).

L’entourage et le soutien social

Le pouvoir humain n’est pas à négliger. Avoir la possibilité d’en parler est extrement important. Il peut s’agir de votre famille, d’amis, de voisins et même de professionnels. Comme on dit, il est toujours bon de “pouvoir vider son sac”.

De plus, n’hésitez pas à rejoindre des groupes de patients ou contacter des personnes qui sont également passer par là. C’est (souvent) très rassurant et motivant d’obtenir des retours d’expérience et voir qu’on est loin d’être seul à vivre cet évènement.

Et bien d’autres encore…

Comment éviter la fatigue chronique post infarctus ?

Au plus tôt vous vous remettez en selle pour afronter tout ce qui s’est passé, au plus vite vous retrouver votre forme et votre énergie. Il ne faut donc pas hésiter à se lancer et se prendre en charge. 

Le problème est souvent de manquer de motivation. De là, on décide de ne rien faire et malheureusement… cela renforce notre fatigue (cercle vicieux) qui persiste dans le temps. Et après quelques mois, cette fatigue peine à partir. Elle pourrait même devenir de plus en plus présente. C’est à partir de ce moment qu’on parlera de fatigue chronique.

Bien entendu, si vous lisez ces lignes, c’est que cela ne vous arrivera pas (ou du moins, vous êtes en bonne voie pour en sortir !). 

Pour terminer, voyons ensemble un résumé des actions à appliquer :

Les 3 meilleures solutions pour être en forme et avoir de l’énergie

Pratiquer une activité physique régulière

Il est important de bouger plusieurs fois par semaine. Les activités à recommander sont la marche, le vélo, la natation, le nordic walking (marche nordique), etc. Avec une intensité modérée et adapté à votre niveau. 

Une alimentation adaptée

Il est indispensable de manger sainement et varié. On connaît toutes les recommandations générales concernant le nombre de fruits et de légumes. Concernant la viande rouge, on n’en abuse pas. Et pour l’alcool, on réduit au maximum.

Un sommeil réparateur et bien équilibré

Il est essentiel de laisser du temps à notre corps pour se recharger. Malheureusement, il n’existe pas encore de “super chargeurs” (comme pour les voitures électriques) pour alimenter nos batteries humaines… Le sommeil a ainsi un grand rôle à jouer. Il ne faut surtout pas l’oublier. 

Les 5 bonnes astuces pour bien dormir

  • Aller au lit à des heures régulières
  • Ne pas utiliser des écrans 1 à 2 heures avant d’aller au lit
  • On évite l’alcool et le café avant de se coucher
  • Trouver le nombre d’heures dont votre corps a besoin pour bien récupérer
  • Pas de téléphone, télévision au lit, il est fait pour dormir.

Bravo à vous ! Vous êtes prêt à vous lancer. 

N’hésitez pas à me partager dans les commentaires les actions que vous allez, dès à présent, appliquer 👇

Source : 

Protégé : Activité physique – Exercices à la maison

Mot de passe protégé

Pour voir ce poste protégé, tapez le mot de passe ci-dessous:

Fatigue et sommeil sur le coeur

Quelles sont les conséquences du sommeil sur le cœur ?

Avant de répondre à cette question, on va débuter cet article avec l’impact que peut avoir la fatigue sur notre corps.

Il s’agit donc d’une bonne introduction pour comprendre pourquoi on se sent parfois épuisé. Et de définir les signes et symptômes annonciateurs. 

Tout comme la fatigue, le sommeil est très important pour la santé de notre cœur et de notre corps. C’est pour cette raison qu’il est également important de comprendre comment il s’organise et quelles sont les solutions que vous avez à disposition, pour agir sur votre santé !

C’est quoi la fatigue ? (Définition)

On parlera d’un épuisement globale comme une sensation personnelle où on manque d’énergie (on se sent “mou”) après une mauvaise nuit. Il s’agit évidemment d’une condition totalement subjective.

Les 2 types de fatigue

Il en existe 2 types. Elles vont être différenciées sur base d’un élément : la durée de leur présence. 

La fatigue aiguë

C’est une forme qui arrive soudainement. Elle ne persiste pas dans le temps et elle disparaît après une bonne nuit.

La fatigue chronique

Il s’agit de la forme qui persiste dans le temps (plusieurs semaines) et il est difficile de la faire partir. Elle est souvent le signe d’un problème sous-jacent. D’ailleurs, une personne qui présente une forme chronique a souvent des difficultés pour s’endormir, resté éveillée durant la journée et se lever le matin. 

Comment ressentir cette fatigue ? Signes et symptômes

Il existe plusieurs éléments qui peuvent vous mettre la puce à l’oreille. En effet, si vous ressentez un de ces éléments (👇), il est fort probable que votre corps soit épuisé et ait besoin de se reposer : 

“Je me sens/ Je suis crevé”

“Je suis épuisé”

“La moindre chose m’ennuie”

“Je suis tendu et vite sous pression”

“J’ai l’impression d’être surmené”

“Je suis rapidement déçu”. 

Aussitôt que ces sensations sont présentes, il est temps d’agir. 

épuisement et sommeil sur le cœur

Quelle est la différence entre fatigue physique et fatigue mentale ?

En effet, il y a une différence entre la forme physique : sensation de faiblesse pour le corps et les muscles. Et la forme mentale : sensation de faiblesse pour notre esprit (attention qui diminue, difficulté à mémoriser certaines choses, etc). 

Notre but est de trouver la juste balance pour se sentir en forme physiquement et mentalement ! Le but est de trouver un équilibre entre notre corps et notre esprit.

Qu’est-ce que le sommeil ? (Définition)

Vous vous en doutez bien, il est essentiel pour la santé. Il influence directement (et positivement) notre état de forme et de santé. De plus, il diminue le risque de diabète, problèmes de cœur, obésité, etc.

Il est également important de noter que de nombreuses personnes sont touchées par des troubles du sommeil. Une étude de la National Sleep Foundation (NSF), de 2005, a relevé que 75% des adultes questionnés présentent au moins un symptôme de trouble du sommeil. C’est énorme ! Et 54% présentent au moins un symptôme d’insomnie. 

Cela revient à dire qu’une personne sur deux pourrait facilement avoir des problèmes pour dormir et de fatigue. 

Conclusion : Il est vraiment temps d’agir !

dormir et sommeil sur le cœur

Comment est organisé notre sommeil ? 

Il faut savoir que lorsqu’on dort, le cerveau est toujours en activité . On peut analyser cela avec les vagues cérébrales (“brain waves”). 

Il est constitué de différents stades : 

Stade de sommeil léger (1)

Qui est la phase de transition vers la phase suivante. Il s’agit du moment où on commence à somnoler. 

Stade de sommeil moyen (2)

Qui est la phase où on commence à dormir.

Stade de sommeil profond (3 et 4)

Qui est la phase durant laquelle le corps se repose. C’est la phase qu’on recherche pour avoir une nuit de qualité afin de bien récupérer.

Combien d’heures de sommeil avez-vous besoin ?

Le nombre d’heures nécessaire va dépendre d’une personne à l’autre. On peut tout de même faire une moyenne et dire qu’en général, un individu moyen a besoin de 7,5 heures pour se sentir en forme. 

Pour info, cela est différent pour les animaux. En effet, un 🐱 chat aura besoin de 12,5 heures tandis que le 🐶 chien en aura besoin de 10. 

C’est quoi la dette de sommeil ?

Il s’agit d’une problématique qui est néfaste pour notre corps. Tout d’abord, il faut s’avoir qu’elle s’accumule !

Pourquoi est-ce que cette dette est négative pour notre corps ? Car elle influence négativement : 

  • Notre état d’esprit
  • Notre état de conscience
  • Notre énergie 
  • Notre attention et nos réflexes
  • Nos performances intellectuelles et pro
  • Notre mémoire
  • Notre concentration
  • Notre créativité
  • Etc.
fatigue et sommeil sur le cœur

“Pourquoi je suis fatigué” ?

En plus d’un problème pour dormir, les causes de fatigue peuvent être très variées. Il peut s’agir d’un problème de cœur , un taux de sucre dans le sang qui est anormal, une allergie, une infection, un surpoids, etc. 

C’est pour cette raison qu’il est important d’en discuter avec votre médecin. L’idée est de prévenir (le plus vite possible) afin d’éviter que cela devienne chronique. 

Comment améliorer la qualité de notre sommeil ?

Avant de trouver une solution pour l’améliorer, il est important d’évaluer sa qualité et de définir la raison de nos problèmes. 

Ensuite, n’hésitez pas à en discuter avec votre médecin. Il existe une série de stratégies qui peuvent être mises en place. D’autant plus qu’il s’agit d’un domaine qui profite de nombreuses recherches (et donc découvertes). 

Parmis les solutions, on pourra citer quelques exemples : 

  • Les options médicales (voir avec le médecin)
  • Les options paramédicales (kiné, ostéopathie,…)
  • Les options alternatives (acupuncture, activité physique, massages,…)
  • Agir sur son mental (méditation, auto-motivation, sophrologie,…)
  • Faire une sieste en mi-journée
  • Avoir de bonnes habitudes de vie
  • Etc.
sieste et sommeil sur le cœur

C’est quoi l’insuffisance cardiaque ? symptômes, causes, traitements…

insuffisance cardiaque

Un problème cardiaque où le cœur n’arrive plus à assurer sa fonction normale. De quelle problèmatique parlons-nous ? Découvrez tout cela ensemble en détail. De plus, vous obtiendrez des réponses aux questions les plus fréquentes que se posent les patients et leur entourage.

En résumé, à la fin de cet article, vous devriez pouvoir répondre à cette question : C’est quoi l’insuffisance cardiaque ?

Et vous disposerez également des clés pour agir et vous en sortir !

Alors, c’est parti !

Qu’est-ce que l’insuffisance cardiaque (IC)

On parle d’IC lorsque le cœur s’affaiblit et n’arrive plus à pomper le sang correctement. Il y a également une série de symptômes qui sont présents et qui caractérise ce problème de cœur. Ceux-ci peuvent également être accompagnés de plusieurs signes qui montrent que le cœur n’arrive plus à travailler normalement (on parle d’anomalie cardiaque qui peut être structurelle ou fonctionnelle, ou les deux). 

Par conséquent, vu que la fonction cardiaque est réduite, il y aura une diminution de l’éjection cardiaque ainsi que pour le débit sanguin.

Rien de tel qu’une courte vidéo ( ) pour représenter cela 👇

Quels sont les signes et symptômes de l’insuffisance cardiaque ?

Les signes et symptômes de l’IC varient énormément en fonction du type d’IC (et de son intensité). De plus, l’ampleur de ceux-ci vont également varier en fonction de l’individu. 

C’est pour cette raison qu’il est préférable de ne pas trop se comparer entre patients. 

Cependant, nous pouvons tout de même citer quelques un des principaux signes et symptômes qui caractérisent la présence d’IC : 

  • gonflement abdominal et oedèmes des jambes (prise de poids)
  • difficulté respiratoire et toux cardiaque
  • difficulté à l’effort et fatigue
  • modification de l’appétit
  • sensation de palpitations
  • trouble de la concentration
  • etc

❓ Il est fréquent de présenter de la fatigue (le coeur est fatigué).

En pratique, comment détecter une insuffisance cardiaque ?

On a vu les signes et les symptômes de l’IC. Maintenant, quels sont les éléments auxquels vous pouvez faire attention dans la vie de tous les jours. Ceci est aussi bien valable pour vous que pour les gens qui vous entourent. 

En pratique, si une personne présente un léger symptôme (p.ex. un peu de fatigue), il faudra être vigilant. Aussitôt que celui-ci s’aggrave ou que d’autres symptômes s’ajoutent, il sera important d’agir. 

Dans ces conditions, il sera important de consulter rapidement. Et si la situation est urgente, n’hésitez surtout pas à appeler les secours au 112 (numéro d’urgence).

Quelles sont les principales causes ?

Les causes d’IC sont souvent des maladies du cœur et tout autre problème cardiaque. Par exemple :

  • une cardiomyopathie
  • un problème au niveau des artères corronaires
  • une problématique des valves cardiaques
  • une histoire d’infarctus
  • malformation du coeur
  • troubles du rythme (battements)
  • hypertension artérielle
  • etc

Quelle est la différence entre insuffisance cardiaque aiguë (ICA) et l’insuffisance cardiaque chronique (ICC) ?

L’ICA est un problème de cœur qui se présente de manière soudaine, rapide et sévère. C’est une urgence médicale.

L’ICC est une problématique cardiaque qui est présente depuis un moment et n’est pas une urgence médicale. 

❓Il est possible que le cœur d’un patient insuffisant cardiaque chronique décompense (p.ex. si trop grande fatigue ou trop grand stress). En cas de décompensation cardiaque, il se peut que le patient présente une ICA. 

Qu’est-ce que l’insuffisance cardiaque congestive (ICG) ?

Il arrive que l’ICC soit associé à d’autres problématiques cardiaques. Lorsque c’est le cas, il est possible que le cœur grossise. Un grossissement du coeur entraîne une diminution de sa fonction. On pourra ainsi dire qu’il sera encore moins efficace. 

Cela engendre une modification des pressions au niveau du circuit sanguin et une accumulation de liquide au niveau tissulaire. On parle de conséquence de la surcharge cardiaque.

Au plus ces éléments augmentent dans le temps, au plus l’ICC s’aggrave et on parle d’ICCg. Ce qui augmente la défaillance cardiaque.

❓Il n’est pas rare qu’un patient ICG présente des oedèmes (= gonflement) au niveau du bas des 2 jambes et des 2 pieds. A cela s’ajoute une augmentation de l’essouflement au repos et à l’effort.

Comment diagnostiquer une insuffisance cardiaque ?

La présence d’une IC nécessite une évaluation chez votre médecin. Il fera le point sur votre historique médical (antécédents, …) et évaluera vos signes et symptrômes. 

Pour appuyer son diagnostic, il est possible que le médecin demande des examens supplémentaires :

  • Test sanguin
  • électrocardiograme (ECG)
  • échocardiograme

Eventuellement aussi un test d’effort (pour la respiration) et une radio des poumons.

Quels sont les risques d’une insufissance cardiaque ?

Comme nous l’avons vu, l’IC engendre une réduction de la fonction du coeur. Cela signifie que l’éjection du sang, dans tout votre organisme, n’est plus optimale.

Dans le cas ou cette IC n’est pas traitée, les complications peuvent devenir graves car le corps a besoin d’une pompe qui propulse correctement le sang et amène l’oxygène à tous les muscles et organes. 

Une IC qui n’est pas traitée peut entraîner des difficultés pour respirer, un coeur qui n’arrive plus à battre de manière régulière. Dans les cas les plus sévères, le patient pourrait présenter un arrêt cardiaque vu la déffaillance du cœur. 

Quel est le but du traitement de l’insuffisance cardiaque ?

But du traitement de l’IC est de 

  • réduire les signes et symptômes
  • prévenir une autre problématique cardiaque
  • agir sur le style de vie

Cela nous amène sur le point suivant : Que pouvons-nous faire lorsque nous avons une IC ?

Que faire en cas d’insufissance cardiaque ?

Comme nous l’avons vu, si l’IC est aiguë, il est important d’appeler les urgences (112) afin d’être rapidement pris en charge par une équipe médicale. 

Maintenant, nous allons voir ce que vous pouvez faire si…

  • vous sortez d’une hospitalisation suite à un problème cardiaque 
  • vous présentez une IC qui est chronique

En effet, il y a 3 éléments qui sont très important : 

  1. Prévenir et Traiter
  2. Réadapter
  3. Bouger

Rôle de la prévention cardiovasculaire et du traitement

Tout d’abord, il est essentiel de suivre votre prescription médicale. Veillez à toujours bien respecter le dosage de vos médicaments et à les prendre au bon moment.

Ensuite, il est important d’adopter un style de vie qui est favorable pour notre corps. Le but de la prévention est de réduire le risque de développer de nouveaux problèmes cardiaques. 

Retrouvez de nombreuses informations sur la prévention cardiovasculaire

Rôle de la réadaptation cardiaque

Un programme de réadaptation permet de récupérer la forme physique (et mentale) après une problématique cardiovasculaire. Elle aborde de nombreux points : activité physique, alimentation, gestion du stress, etc. 

Il y a 3 phases. La réadaptation cardiaque de phase 1 se fait à l’hôpital. La phase 2 peut se faire dans un centre de réadaptation ou de manière ambulatoire. Et la phase 3 se fait de manière ambulatoire. 

❓Sauf erreur de notre part, la réadaptation de phase 1 et de phase 2 sont remboursées par les assurances maladies. Concernant la phase 3, elle peut faire l’objet d’une prise en charge par l’assurance complémentaire (discutez-en avec votre médecin et votre assureur !). 

L’importance de bouger et être actif

L’élément le plus important, dans le temps, est de continuer à être actif. En effet, même si votre muscle cardiaque n’est plus aussi performant qu’avant (p.ex. en cas d’ICC), il aura toujours besoin d’être stimulé. De plus, votre corps se doit de rester en bonne santé. 

C’est pourquoi il est primordial de réaliser une activité physique régulière (et adaptée à votre niveau).

Quels sports peut-on faire avec une insuffisance cardiaque ?

Tout d’abord, nous allons nuancer les choses. En première intention, le sport n’est pas spécialement recommandé. Cependant, il est bon de pratiquer une activité physique. 

Le but de l’activité physique est de mettre le corps en mouvement, de manière progressive et adaptée à vos capacités physiques. Ce qui est favorable pour vos muscles, votre respiration, votre stress, votre bien-être, votre poids, etc. 

Parmis les activités physiques qui sont recommandées : 

  • la marche 
  • le nordic walking (marche avec des bâtons)
  • séances de renforcement musculaire
  • séances de cardio (légère)

❓Si vous souhaitez en savoir plus, je vous laisse découvrir cet article qui traite de l’activité physique comme moyen de prévention.


Source : 

https://fedecardio.org/je-m-informe/l-insuffisance-cardiaque/
https://www.vidal.fr/maladies/coeur-circulation-veines/insuffisance-cardiaque-chronique.htmlhttps://www.chuv.ch/fr/chuv-home/patients-et-familles/specialites-medicales/atlas-medical-thematique/coeur-et-vaisseaux/insuffisance-cardiaque-congestive

C’est quoi la réadaptation cardiaque ? Les phases, activité physique, etc

Après un problème cardiaque, le patient devra suivre un programme de réadaptation. Ce programme sera réalisé en plusieurs phases et aura comme but d’agir positivement sur la santé physique et psychologique. 

La réadaptation cardiaque (RC) propose un programme global qui comprend différentes activités physiques et divers ateliers (gestion du stress, éducation thérapeutique, alimentation et nutrition, etc). De plus, le programme est animé par de nombreux professionnels de la santé (médecins, kinés, ergos, psychologues, etc)

Avec comme objectif final d’enseigner au patient toutes les clés pour devenir un acteur de sa santé. 

C’est quoi la réadaptation cardiaque (RC) ?

La réadaptation cardiaque est un programme qui regroupe différentes activités et qui vise à améliorer votre capacité physique après un problème de cœur. On y retrouve différentes activités physiques, de l’éducation thérapeutique, des conseils en nutrition et bien d’autres choses qui participent à votre bonne santé physique et psychologique. 

La RC participe a une part importante de votre récupération après une problématique cardiovasculaire ou lorsqu’on présente une maladie cardiaque. Par exemple, la réadaptation cardiaque est tout particulièrement importante après un infarctus ou un arrêt cardiaque, lorsqu’on présente une insuffisance cardiaque, pour la gestion d’une artériopathie des membres inférieurs, etc.

De plus, le programme de RC joue un grand rôle dans la prévention. Cela signifie qu’il aide à réduire le risque de problèmes cardiaques pour le futur.

Pourquoi faire une réadaptation cardiaque ?

Le but de la réadaptation cardiaque est de permettre à un patient de récupérer sa forme physique et psychologique après un problème de cœur ou lorsqu’une maladie cardiaque est présente.

En résumé, on peut dire que l’objectif de la RC est…

  • Une récupération de la condition physique (force, endurance, souplesse,…)
  • Une amélioration de l’état global (motivation, humeur,…)
  • Une gestion de son état émotionnel (gestion du stress, contrôle respiration,…)
  • Une évaluation de son style de vie (éducation alimentaire, habitudes, etc)
  • Un moyen de prévention réduire le risque de futurs problèmes

À qui s’adresse la réadaptation cardiaque ?

La RC s’adresse à tous les patients qui ont subi une opération cardiaque. On parle de pontage, mise en place d’une valve, etc. 

La RC est également destinée aux patients cardio qui ont été greffés et aux patients qui présentent certaines pathologies en lien avec le cœur (hypertension pulmonaire, fibrillation auriculaire, etc) 

Les 3 phases de réadaptation cardiaque

Le programme de RC est souvent découpé en 3 phases.

Réadaptation cardiaque de phase 1

Elle se déroule à l’hôpital. Il s’agit de la phase aiguë après le problème cardiaque. Le patient débute avec des mobilisations douces et l’activité physique évolue de manière progressive. La majorité des séances se réalisent en individuel avec un professionnel de la santé.

Réadaptation cardiaque de phase 2

Elle se déroule soit en ambulatoire (dans un centre ou à l’hôpital), soit dans un centre dédié qui propose un séjour de plusieurs semaines. Le patient poursuit son programme avec une augmentation du niveau d’activité physique afin d’améliorer sa condition physique globale = réentraînement à l’effort. D’autres ateliers sont également intégrés au planning du patient (nutrition, psychologie, tabacologie, etc). Les séances se réalisent en groupe.

Réadaptation cardiaque de phase 3

Elle se déroule en ambulatoire. On l’appelle RC au long cours car le but est de la poursuivre dans le temps. Le programme aide le patient à maintenir un bon niveau d’activité physique et de prévenir d’autres problèmes de cœur. Il existe de nombreuses options : séances en groupes ou individualisées, des séances ciblées sur certains types d’activités physiques, etc. 

Réadaptation cardiaque à domicile

C’est la phase BONUS de Bouger Now. Il s’agit de tout ce qui a été appris durant les 3 phases et qui est à poursuivre depuis chez soi. Pour maintenir un corps et un cœur en bonne santé, il est important de toujours continuer à bouger. Comme on dit “Manger-Bouger” et je rajouterai “= santé!”.

Les 2 types de réadaptation 

La réadaptation cardiaque stationnaire

Ce programme de RC se réalise à l’hôpital. En général, le patient dispose d’un programme d’activités journalier. 

La réadaptation cardiaque ambulatoire

Ce programme de RC se réalise de manière ambulatoire dans un centre ou à l’hôpital. En général, les activités ne sont pas réalisées tous les jours.

Où trouver un centre de réadaptation cardiaque ?

Voici une liste des différents centres de RC qui se trouvent en France, en Belgique, en Suisse, etc. En cas de doute, n’hésitez pas à en parler avec votre médecin.

Les centres en France : Lien d’accès

Les centres en Belgique : Lien d’accès

Les centres en Suisse : Lien d’accès CR ambulatoires et liens d’accès CR stationnaires

Les centres au Canada : Lien d’accès

Les centres au Québec : Lien d’accès

Quelles sont les activités d’un programme de réadaptation cardiaque ?

La composition d’un programme de RC peut varier d’un centre à l’autre. Cependant, les grandes lignes resteront les mêmes. En effet, les centres se doivent de suivre certaines guidelines pour recevoir une autorisation de pratique.

On y retrouve…

Des exercices de réadaptation cardiaque et du réentraînement à l’effort

Le but est d’améliorer la capacité physique des patients. Il est donc important de réaliser des exercices de renforcement musculaire, du travail d’endurance musculaire. Par exemple, de la musculation en salle de fitness, de la marche à l’extérieur ou une session de nordic walking.  Beaucoup d’exercices seront réalisables à domicile

réadaptation cardiaque

Programme d’éducation thérapeutique (EP)

L’objectif de l’éducation thérapeutique est d’aider le patient à être en mesure d’agir (de manière autonome) sur sa santé et améliorer sa qualité de vie. En général, l’EP se réalise sous forme de cours qui ciblent des éléments de prévention.

Des cours sur la nutrition et l’alimentation

Un apprentissage pour gérer son stress et sa respiration

Un soutien psychologique

Et bien d’autres activités.

L’équipe médicale

L’équipe d’un centre de réadaptation cardiaque combine différents acteurs de la santé. Ces professionnelles travaillent avec un but commun : mettre le patient au centre pour améliorer sa santé physique et psychologique.

L’équipe est généralement constituée d’un médecin chef (cardiologue), d’une équipe soignante (infirmières et infirmiers), de professionnels de la santé et du mouvement (ergothérapeutes, kinésithérapeutes, maîtres de sport,…). On retrouve également des nutritionnistes, diététiciens, psychologues, psychiatres, assistants sociaux, etc. 

programme de réadaptation cardiaque